8 sept. 2009

Une expo destinée aux randonneurs

La cycliste Lyne Bessette et sa chienne Victoire s'entraînent toujours dans les sentiers du Parc d'environnement naturel de Sutton. La cycliste en témoigne dans le film 30 ans que ça marche à Sutton, présenté dans le cadre de l'exposition.
Photo: Richard Leclerc, Musée de Sutton

Éric Clément
La Presse, samedi 5 septembre 2009

Quelle que soit la saison, les sentiers de Sutton, en Estrie, attirent de nombreux randonneurs et amis de la nature. Pour marquer le 30e anniversaire du Parc d'environnement naturel de Sutton, une exposition est présentée jusqu'au 11 octobre.

Pourquoi devrait-on s'enfermer dans un musée quand on peut se nettoyer les bronches et brûler des calories dans les chemins du mont Sutton, avec ses 82 km de sentiers, quatre sommets et quatre lacs?

Le responsable des expositions du Musée des communications et d'histoire de Sutton, Richard Leclerc, répond que l'exposition s'adresse justement aux randonneurs qui veulent savoir comment le parc a été créé. «L'exposition relate l'histoire du musée, dit-il. On peut admirer des photos du parc et les maquettes du projet d'observatoire.»

En effet, il avait été question dans les années 70 de créer un observatoire à Sutton; c'est finalement le mont Mégantic qui en a eu un.

«Toute la création du parc tournait autour de l'installation de cet observatoire sur le Round Top, souligne M. Leclerc. C'était en collaboration avec le collège Dawson et l'Université McGill mais, finalement, ça ne s'est pas fait. De plus, la station de ski de Bromont avait installé des lumières pour éclairer ses pistes le soir; cette pollution visuelle venait déranger ce projet. Et puis, il y avait les coûts...»

Au début, les sentiers étaient réservés aux pêcheurs et aux chasseurs. Aujourd'hui, les lieux sont protégés. Sur place, deux films peuvent être visionnés.

Le premier, 30 ans que ça marche à Sutton!, a été réalisé par Richard Leclerc et Jean-François Hamelin; il raconte l'histoire du parc, de ses fondateurs et de ceux qui en ont fait un succès touristique et écologique. La cycliste professionnelle Lyne Bessette vient s'y balader régulièrement et même s'y entraîner avec son chien.

Un autre film, Le secret des pierres, réalisé par Marie-Claude Charlebois, met en vedette Gérard Leduc, un chercheur en archéologie. Quelques vestiges archéologiques sont d'ailleurs exposés dans le musée, de même que des animaux empaillés que l'on peut croiser bien en vie dans le parc.

«L'exposition porte sur l'environnement et sa protection, mais aussi sur le corridor appalachien, les montagnes Vertes et ce réseau qui nous permet de marcher jusqu'au Vermont si on le souhaite», dit Richard Leclerc.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire